Loading...

J’approfondis les fondamentaux de la photographie et en explore les mésusages. Dans le contexte de la surabondance et de la dématérialisation de l’image, je m’intéresse à divers phénomènes, liés à la lumière et à sa matérialité, et aux effets d’un encodage totalisant du réel par le numérique. Je réalise de multiples prises de vues, qui supposent le détournement ou la mise en échec de certains paramètres techniques, ou qui se superposent jusqu’à l’épuisement d’un motif photographié, voire de l’acte photographique lui-même.

Matière noire

En 2017, j’ai développé un protocole afin de réaliser une œuvre photographique évolutive qui superpose et englobe toutes les œuvres visuelles modernes et contemporaines. J’ai débuté ce travail à Paris en photographiant systématiquement chacune des œuvres présentées dans les différents musées de la ville : d’Art moderne, Orsay, de l’Orangerie, Picasso, Rodin, le Centre Pompidou, et autres. Depuis, le travail se poursuit dans d’autres villes et d’autres musées ; ma pratique et ma vie sont devenues nomades. Je superposerai toutes les œuvres dans un même fichier numérique jusqu’à l’atteinte du noir complet. Pour chaque nouvelle centaine d’œuvres ajoutée, un nouvel état de Matière noire est produit ; chaque état devenant à la fois une œuvre autonome et le fragment d’un tout. Selon le protocole établi, j’estime qu’il me faudra entre 120 000 et 150 000 photographies d’œuvres pour atteindre mon objectif.

Matière noire est une tentative d’épuisement de l’acte photographique. Il est aussi un dépositaire de l’héritage de la modernité, faisant écho aux travaux de nombreux peintres qui ont opéré une réduction de la peinture, motivés souvent par un désir fou — et utopique — de faire une œuvre qui serait la somme de toutes les œuvres, ou la dernière œuvre, le dernier tableau. L’idée de la fin convoque toutes les fins. Matière noire se présente ultimement comme une façon d’apprivoiser la finitude, ou la réalisation d’un long, lent et patient memento mori.

Site internet de l’artiste : martindesilets.com